Tambours et émotions sacrées

   Tambours du Burundi et Tambours du Japon sont les cérémonies programmées dans le cadre des Folles Journées auxquelles j’ai eu le privilège (avec quelques milliers d’autres) de participer.
Musique1Nous sommes au tout début de notre histoire, lorsque nos lointains ancêtres utilisent le son premier pour rassembler. Les bergers musiciens du Burundi revêtus d’étoffes vertes, rouges et blanches, portant leur tambour s’avancent dans la savane en chantant, dansant et mimant des animaux ou des esprits. Ils forment le cercle, posent leurs tambours à terre et s’abandonnent à l’énergie primitive, à la joie d’être sur terre et nous aussi nous rentrons dans ce cercle frappant dans nos mains, souriant
et riant célébrant cette ??? .
Tout autre est la célébration fournie par les Tambours Japonais. Un homme seul face à un tambour imposant suspendu à un joug assisté parfois par quatre autres disciples se concentre. Puis, ses bras sans relâche frappent sommant les esprits d’entendre son hommage destiné à un des leurs, vénéré pour avoir ???. Le son obsédant sans répit retentit m’angoisse tant l’homme va jusqu’au bout de ses forces dans ce dialogue fabuleux. Face à cette chorégraphie minimaliste savamment calculée, vibrant à l’unisson avec ce son qui ne faiblit pas, je pense que l’émotion ressentie s’apparente à l’effroi sacré propre à certaines cérémonies rituelles.
Nos applaudissements non mesurés témoignent de notre émerveillement pour ces musiciens extenués et ravis.
La musique adoucit les moeurs je ne sais, mais pendant ces journées nous venons chercher le bonheur d’être pour partager des moments inoubliables qui nous emportent loin de notre quotidien parfois si petit.
C’est la magie de ces Journées.

Annette