« Les invisibles » de Sébastien Lifshitz

    Longtemps ils et elles furent ou se sentir cachés dans les recoins voire, pour certains, dans les sous sols de la société. Cette société, campée sur des valeurs archaïques ancestrales, religieuses, sociologiques ou éducatives leur refusait le droit à la parole, le droit de vivre au grand jour, le droit d’exister dans leur complétude. On n’en parlait pas ou si peu… On devait le taire… C’était tabou… D’une poignée de ces Invisibles, ce documentaire trace les portraits croisés vifs, incisifs. D’une image à l’autre, d’un humain à l’autre, ainsi se déroulent leurs parcours de vie, leurs luttes personnelles, familiales contre ou avec la société pour acquérir le droit à vivre en accord avec leur différence pour s’accepter et être acceptés comme homosexuels. Avec humour et lucidité, entrecoupé d’images d’archives historiques des luttes homos, ces hommes et ces femmes nous parlent de leurs combats d’hier, de leurs vies d’aujourd’hui, de leur évolution.
Dans ce tissage de portraits humains, l’Amour est le fil d’Ariane. Ce fil tisse des réseaux d’amitié ou des relations de couples sur le long terme. Retenus par ces fils, ils ont pu, malgré leur invisibilité contrainte, être pleinement vivants hier et aujourd’hui.
Les années ont passé, la société a évolué, les médias sont ouverts mais il semble néanmoins que le rapport visibilité/invisibilité voulue, recherchée ou subie demeure et pose encore question. Alors, visibles ou invisibles ?

Téo