Les mots ne peuvent pas tout dire…

   En principe, une journée « femmes de l’Ouest » ça ne se raconte pas ; ça se vit. Dans l’instant présent. Mais tout principe a ses exceptions. L’instant présent ce sont d’abord les retrouvailles : tous les visages souriants, déjà connus ou tout nouveaux, les embrassades et, on prend le temps de se parler.
   Les rituels de ce jour-là sont par ordre d’arrivée en scène : l’apéritif avec une bouteille « faite maison » qui fait presque l’unanimité. Les buveuses de jus de tomate ne sont pas en reste. Ce temps apéritif s’étire jusqu’à une heure tardive. Puis, vient l’heure du pique-nique. Restaurées, un groupe part en promenade tandis que l’autre, sur la plage de Riez, choisit tantôt le repos sur le sable chaud, tantôt le bain dans les remous vivifiants de belles vagues chargées de sable qui remontent vite sur les baigneuses et repartent avec force vers le large. Amusement, fraîcheur de l’eau : quel bonheur !
On se retrouve ensuite toutes ensemble et l’après midi s’étire paresseusement tandis que les échanges de parole se font plus faciles. Les conversations au bord de l’eau ou sur la dune, les ramasseuses de coquillages sur la grève et le cerf-volant dans le ciel : tout dit la quiétude de cet instant présent.
Cet avant goût de vacances se termine.
Bientôt, il est temps de rentrer pour nous deux, et comme chaque année nous nous disons : « nous reviendrons l’année prochaine ». Dans nos regards, le brillant dit plus de choses que ces mots ici écrits.

Anne et Christine