Rencontre spiritualités plurielles au bord du Cens

   Rendez-vous au-dessus de la cime des arbres de la vallée du Cens pour une nouvelle rencontre spi riche en échanges multiples, divers, pluriels comme le sont nos spiritualités.
La première pierre* de cet après-midi est posée avec le livre témoignage d’un prêtre dans les coulisses du Vatican entre homo-sensualité et homophobie ecclésiale.
Sans doute intrigué par nos conciliabules, le félin de ces lieux se faufile entre nous à pattes de velours.
Puis, s’élèvent en rimes savantes les mots d’un poète entre deux eaux. C’est alors que le bruit étrange et beau d’une viole de gambe vient capter nos ouïes pour nous entraîner sur le chemin de la musique yiddish.
C’est un autre chemin plus caillouteux, partant vers St Jacques de Compostelle, qui nous est remis en mémoire et viendra automnalement appeler certains d’entre nous à le suivre.
Si plus longue, plus chaotique est la route des migrants leurs valises jaunes, rouges, bleues ou vertes à la main alors, plus belle et riche de sens sera leur première Marche des fiertés nantaise à l’assaut des murs à abattre, pour bâtir d’autres liens.
Pour q
ue vive la culture d’ici et d’ailleurs, circulent et s’échangent de mains en mains livres, BDs et magazines. Magazine à la couverture de papier glacé avenante de « Garçon magazine » où s’est glissé un dossier sur les liens entre religions et homosexualité avec une pincée de témoignages déjinantais.
Pauses psaumes.
Autre revue, autre style quand le sida, un temps nommé par certains « punition divine » s’est voulu art avec des photos de corps décharnés terriblement condamnés.
Vient le temps de mettre nos esprits en mode pause et nos sens gustatifs en éveil entre rhubarbe et cacao avec une pointe pimentée de prose politique… mais, pas de panique, ce ne sera qu’une toute petite pointe…
Pour clore cet après-midi d’échange, nous nous accordons un moment de spiritualité printanière et bucolique le temps d’une balade au bord du Cens.

Téo


*
« 
La première pierre. Moi prêtre gay face à l’hypocrisie de l’Eglise »
de Krzysztof CHARAMSA Ed La découverte