Rencontre spiritualité plurielle du 16 avril 2017 par Annette

 

   Il faisait beau , un vrai temps magnifique de printemps et de plus, par la fenêtre, les arbres du Cens nous invitaient à faire un tour mais nous avons resisté permettant au félin, en fait la minette de Pierre-Hughes, de venir nous renifler, de passer de l’un à l’autre, haute sur pattes la queue en l’air ; chez elle, quoi !!! Puis, disparition ; elle nous avait assez vu et préférait rejoindre un coin caché pour un bon gros dodo ? J’ai voulu croire qu’elle était l’incarnation de l’esprit du lieu et de ce jour là. Elle était notre messagère passant de l’un à l’autre.
Quand mon tour fut arrivé , j’ai parlé une fois de plus des migrants de Nantes, trop longtemps aux dires de Yves , d’accord !
J’avais apporté un article du journal Ouest France avec une photo. En effet, à l’occasion de l’évacuation d’un squatt occupé par des mineurs, j’avais reconnu sur la photo de Ouest France, en couleur, une valise de couleur verte que je connaissais bien car quelques semaines avant je l’avais donnée pour eux.
Ma valise !!
Sa couleur verte me permettait de la repérer de loin sur les tapis roulants réservés aux bagages de soute dans les aéroports. Ma brave valise toujours vaillante mais sans roulettes, dépassée par le progrès. Téo, avec son oeil d’artiste a retenu « couleur  » et, il est vrai que sur cette photo ces pauvres ballots étaient de couleurs variées.
Moi, je connais bien ces expulsés, jetés à la rue par une décision de notre nouvelle préfète , une femme pressée de faire du zèle. Je m’imaginais, comme eux, obligée de dormir dans la rue, dans la solitude avec ma valise verte, sans argent, sans connaissances, sans projets pour m’en sortir. Quel cauchemar !!!
C’est la réalité ici, à Nantes et ailleurs. L’Etat a portant l’obligation d’héberger ces mineurs et de les scolariser jusqu’à leur majorité qui peut aller jusqu’à 21 ans mais, notre brave préfète préfère les expulser pour « occupation illégale de propriété « . Nous voilà de retour au temps de Proudhon, alors que c’est l’Etat qui a créé cette situation par la défaillance de ses services ne respectant pas la loi ! Un comble !! Un Etat qui se garde bien de réquisitionner ou de prévoir des structures d’accueil et de logement !!
Mieux, les assos chargées officiellement de l’accueil et payées pour ça ont récemment refusé des mineurs juste arrivés, leur disant d’aller dans d’autres villes, car ici à Nantes les structures sont saturées pour ces mineurs rejetés. Un bénévole du Gasprom qui passait par là est entré en contact avec ces jeunes, alertant « Médecins du Monde » car l’un d’eux avait un pied fracturé, un autre dans le cirage avait en fait un traumatisme crânien.
Mais DEGAGE c’est le seul discours officiel.
Alors, l’article de Téo sur notre rencontre spiritualités plurielles m’a fait voir rouge à moins que ces couleurs dont tu parles Téo ne préfigurent ce qui attend ces migrants. Oui, ils en ont vu de toutes les couleurs et, ce n’est pas fini ! Ils vivent le noir du désespoir et des idées noires, le rouge des yeux en pleurs et de la fievre, le grisâtre , le blanchâtre, le vert de la peau des visages fatigués et malades. Oui, le voilà l’ARC EN CIEL de la Misère ici, dans nos rues, mais trop long comme dit Yves et je vous plombe l’ambiance à mon grand regret.

Annette