Impressions JARdinières 2017 par Téo

   Un jour, un imam ivoirien a déclaré du haut de ses délires religieux : « C’est par ce qu’il y a des gays en Côte d’Ivoire qu’il ne pleut plus ! » A St Donat sur Herbasse, il a plu pendant le week-end de Pentecôte, il a même tonné et pourtant, il n’y avait sans doute jamais eu autant de gays, de lesbiennes, de trans et peut être même des bi, d’intersexes dans ce petit village de la Drôme des collines.
Plantons le décor : des cabanes spartiates plus élegamment appelées lodges posées parmi des tapis de coquelicots semés ici ou là par le mistral, une piscine de bleu turquoise carrelée, vide mais qu’importe, et des déjistes accourus des 6 coins de l’Hexagone gambadant de ci de là entre 2 ateliers, 2 rencontres.
Dans ce décor, nous avons réfléchi, échangé, dansé, prié, chanté, méditer,…Certains se sont même promenés, se sont travestis, se sont sans doute aimés aussi…pour « Croire en l’avenir ? »
Du témoignage coups de poing de Denise Kolia sur les conditions de vie oui plutôt de non-vie des personnes LGBT en Côte d’Ivoire, au documentaire marié de solitude sur les pays et mamies homos au Québec, en passant par le reportage qui a suivi Françoise « De l’autre côté » sur les bords d’un golfe breton nous avons ainsi beaucoup voyagé.
Un voyage qui a pris parfois un parfum écologique aux senteurs de développement durable bien qu’il soit étrange à nos cerveaux de trouver souvent si peu d’accord entre spiritualité et écologie dans nos hautes sphères écclésiales….
Mais il est nous a été prouvé, bien que nous n’en n’ayons jamais douté, que célébration oecuménique et cabaret s’harmonisent à merveille et peuvent tout à fait cohabiter dans un même décor de velour rouge, jaune et doré agrémenté d’une parure arc-en-ciel. Juste manquait un zest de spiritualités plurielles pour vraiment rassembler toutes nos spiritualités.
Et p
arce que les Jar c’est aussi la fête, malgré tous les chaos du monde, Denise dansera au rythme d’une musqiue ivoirienne, accompagnée de Mohammed et Ferdinand bientôt rejointe sur la piste de danse par de nombreux autres déjistes.
Seule une telle ambiance festive et bienveillante permet à chacun d’oser des trucs que jamais il n’oserait se permettre ailleurs et tenter, l’espace d’une soirée, le lâcher prise : chanter seul-e sur scène, improviser un morceau de guitare, dire un poème et même se travestir… En cela, les Jars peuvent devenir « un jouet extraordinaire » pour être soi, devenir soi. C’est là aussi que vient se nicher l’esprit et la diversité de DJ.
Un lâcher prise impossible en Côte d’Ivoire, en Tchétchénie ou ailleurs où, être LGBT, être activiste LGBT vous met quotidiennement en danger dans la rue, dans votre famille, dans votre communauté religieuse, dans votre milieu professionnel,… Mais s’il faut se battre pour ses idées, pour être soi, il faut aussi savoir se protéger avant tout car comme nous l’a dit Denise « Après la mort, il n’y a plus d’activisme ! »
Il est parfois difficile de croire en l’avenir partout et tout le temps…
A DJ, nous continuerons de croire en l’avenir, de militer en France et ailleurs, nous continuerons à nous battre pour les droits de la communauté LGBT car comme l’a un jour dit Denise Kolia à un LGBTophobe qu’elle croisait : « Tu n’es pas obligé de m’aimer mais je vais t’obliger à me respecter. »
A DJ, nous continuerons aussi de croire en un avenir humain, écolo et spirituel au moins jusqu’aux Jars de l’an prochain qui porteront nos pas dans le domaine de Traversaie à la lisière d’une forêt poitevine.
A l’année prochaine.

Téo