Critique de « La première pierre » de Krzysztof Charamsa par Yves

Que celui qui n’a jamais péché… (évangile de Jean 8, 7)

    Surprise, surprise ! C’est bien la 1ère fois dans notre groupe qu’un livre conseillé par l’un-e de nous génère un tel enthousiasme. Déjà 3 d’entre nous ont lu le livre témoignage de Krzysztof Charamsa. Faut-il que la présentation de Madeleine (lors de la rencontre Spiritualité Plurielle chez Pierre-Hugues) ait aiguisé l’intérêt de nombre d’entre nous pour savoir pourquoi et comment Mgr Charamsa en était venu à faire son coming out, à Rome fin 2015, en plein synode sur la famille !
Pour ma part, je suis resté un peu sur ma faim. Je m’attendais à y trouver des révélations fracassantes sur le fonctionnement de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi (CDF, ex Saint-Office, ex Sainte Inquisition) et les personnalités qui la composent. Il y aurait beaucoup de choses à dire et j’ai trouvé dans la revue française « Golias » (très critique par rapport à l’institution) plus de matière, notamment sur la façon intolérante, et donc intolérable, dont la CDF traite des auteurs « suspects » (je ne parle pas ici des inepties d’un Michel Onfray ou des journalistes qui régulièrement nous « révèlent » que Jésus était marié à Marie-Madeleine, mais de théologiens catholiques de qualité qui essaient de faire bouger les lignes).
Tout ce que Charamsa nous décrit c’est l’atmosphère délétère qui règne à la CDF où la délation pour homosexualité va bon train : « il suffit de dire sur un ton réprobateur ‘Comme chacun sait, il est homo’ pour détruire quelqu’un. La chasse aux homosexuels est une véritable obsession ». Le carriérisme et la course au pouvoir des prélats romains seraient comme un exutoire à une sexualité refoulée.
Ce que Charamsa ne dit pas assez fortement c’est que l’homosexualité est, en fait, « vécue » entre clercs gays – mais toujours de façon discrète, voire secrète, et parfois débridée. Hypocrisie ou schizophrénie ? A vous de décider, mais à coup sûr beaucoup de mal-être.
Et avant de dire tout le bien que je pense de ce témoignage, juste trois détails qui ont failli me faire abandonner la lecture. Que Charamsa se permette de déclarer, p. 134, que tous les Tziganes sont des « voleurs de poules » (bonjour les préjugés !), qu’il traite, p. 65, du célibat des prêtres en trois lignes (le sujet mériterait plus que de dire que c’est une règle du Xème s, ce que personne ne conteste), ou qu’il décrive l’Eglise, p. 60, comme un milieu fermé, rassemblant uniquement des hommes habillés en femme (quel manque de recul historique et culturel ! Dirait-il la même chose des moines bouddhistes ou des magrébins en djellabas ?).
On peut être sans doute déçu ou agacé de devoir attendre les tout derniers paragraphes de son livre pour connaitre le pourquoi du comment de son coming out. Mais tout ce qui précède est loin d’être inintéressant !
Une des critiques les plus sérieuses qu’il porte sur la Curie c’est cette arrogance de détenir la vérité, surtout en matière de mœurs et d’évolution sociétale (car en matière de dogmes on veut bien leur concéder une certaine supériorité sur les pauvres béotiens que nous sommes) sans avoir jamais pris le temps de lire aucune étude sérieuse sur la sujet (et ça ne manque pas !). D’où leur ignorance crasse sur les questions de genre, par exemple.
Bienvenues, également, sont les pages sur une institution « obsédée par le sexe », que ce soit au travers de l’insistance sur le biologisme (héritée de Thomas d’Aquin et de sa prétendue « loi naturelle ») ou les dérives de la confession qui semblait se focaliser sur les habitudes masturbatoires du pénitent, alors qu’il y a d’autres péchés beaucoup plus graves, comme la violence faite aux plus fragiles, l’indifférence mondiale envers les laissés-pour-compte de notre société, ou le saccage de notre planète.

« Donnez-vous un signe de paix » (référence au « geste de paix » que les fidèles catholiques se donnent avant de communier)

Sur le sujet qui nous concerne, l’auteur avance (à partir de constations personnelles, malheureusement impossible à confirmer) qu’il y aurait dans l’Eglise catholique environ 50% de clercs homosexuels, loin devant les 7% de gays estimés dans le monde. Charamsa n’est pas le premier à relever cette ironie touchant une institution clairement homophobe (même si Elle le nie). Plus intéressante est son opposition violente (sinon originale) contre « l’Instruction » de Benoit XVI au sujet des séminaristes homos. Une Instruction qui, suspecte l’ancien prêtre, a du faire beaucoup de mal à tous les prêtres homos en exercice qui se sont ainsi trouvés désavoués comme « des êtres incapables de nouer des relations normales de paternité et de fraternité ».
Je me suis reconnu dans la liste de tous les films (p. 181) et de tous les livres (p. 189) qui lui ont permis de construire son identité gay. Je me souviens, comme lui, avoir été terrorisé à l’idée qu’on me voit ralentissant le pas devant le présentoir de Gay Pied ou le rayon spécialisé en littérature gay à la bibliothèque. Entrer pour la première fois dans la librairie « Les mots à la bouche » dans le Marais parisien fut pour moi une libération. Plus de jugement !
Charamsa donne également une liste exhaustive de toutes les publications du Magistère (de 1975 à 2005), blessant la dignité des personnes homosexuelles. L’auteur exige que l’Eglise reconnaisse ses erreurs d’appréciation et envoie au pilon tous ses écrits scandaleux. Mais en aura-t-elle le courage ?
Cette lecture m’a permis de mieux comprendre la rage de certain-e-s de nos ami-e-s contre l’Eglise catholique. C’était aux JAR et François Maréchal et moi-même animions un atelier à partir du livre d’André Paul « Eros Enchainé » ou comment l’Eglise, emboitant le pas à la misogynie et à l’homophobie antique, avait contribué à l’oppression machiste des femmes et des homos.
Plusieurs positions se sont exprimées durant cet atelier. De l’opposition violente, à l’indifférence (« je n’y crois plus »), du glissement vers l’EPUD (l’Eglise Protestante Unie de France), au « ni partir, ni se taire » de la CCBF, (la Conférence Catholique des Baptisé-e-s Francophones).
Charamsa est lui-même traversé par ses différents courants. Citant le « mythe de la caverne » de Platon il affirme d’un ton militant : « Après un coming out, on n’a qu’un désir : retourner dans la caverne pour en libérer ses camarades prisonniers de leur aveuglement » ; et plus loin « On ne doit pas céder aux sirènes du ‘’tu n’y peux rien !’’ »
Mais il y a surtout de la révolte chez ce brillant théologien qui aurait pu faire carrière dans les corridors du pouvoir romain. Quand Benoit XVI a publié son Instruction pour interdire l’accès au sacerdoce pour les gays « tous les prêtres concernés auraient dû se retourner contre l’Eglise et claquer la porte ! ». Après avoir parlé de la confession qui culpabilise les catholiques en se focalisant sur les « péchés de la chair », Charamsa avoue : « Arrêter de me confesser fut pour moi un 1er pas vers la libération ».
Mais Charamsa n’est pas dupe, et il sait que ce qui empêche la majorité des prêtres de faire leur coming out c’est la certitude qu’ils seront brutalement rejeté, raillé par les amis d’hier, et finalement se retrouveront sans boulot, sans toit, sans avenir.
Mais, lui, a décidé de franchir le pas, certainement parce qu’il était amoureux d’Eduardo et que cet amour l’a soutenu.

Yves