Impressions des Jars 2017 par Annette

    Les Jars, on anticipe, on s’y prépare, on bat le rappel des connaissances, on se renseigne sur les modes de transports collectifs, on prend les billets trois mois avant, on repère sur la carte les curiosités de la région.
Arrive la veille, puis le jour J et pfouitt …. Fin !!!! Pas vu le temps passé !
Le week-end des Jars est un moment à part, un entracte ou tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil !
Oui, ça existe : ce sont les Jars !!!
C’est un tourbillon de plaisirs, de rencontres nouvelles ou anciennes, une alternance de moments de réflexion, de spiritualité et de plaisirs.
Que retenir de ces Jars 2017 ?
En premier lieu l’intervention de Denise de Côte d’Ivoire. Elle nous a parlé de la difficulté de vivre son homosexualité dans son pays mais aussi dans beaucoup de pays africains avec parfois l’obligation de partir en exil pour sauver sa vie. Pour elle, vivre ces Jars va lui permettre de se poser un peu et sera source de force une fois retournée dans son pays. Elle pourra penser à nous et communier avec nous par la pensée. Je suis ravie d’apprendre que la section internationale de David et Jonathan est en contact avec les quelques organisations africaines qui luttent pour faire cesser l’homophobie sur le sol africain.
La table ronde sur le thème « Choisir l’avenir » a rassemblé beaucoup de déjistes. Je n’avais jamais pensé que certains homosexuels se réfugiaient dans l’Eglise ce qui leur évitaient d’avoir à justifier leur célibat Est-ce que pour autant cela fait d’eux de bons prêtres ? À voir Vu la misogynie de l’Eglise catholique, j’en doute fort J’ai bien aimé la réflexion de Jacques, un de nos doyens, disant que le Christ à son époque n’avait pas refusé de voir les problèmes et qu’il n’était pas resté dans des hauteurs intellectuelles comme parfois l’Eglise actuelle.
J’ai quand même l’impression que même ici les femmes ne sont pas prises en compte et que lorsqu’il est question d’homosexualité et d’homophobie, il faut entendre « masculines « .
Lors de l’assemblée générale, on nous a indiqué, que le budget de notre association, déficitaire, a été comblé par une partie des réserves et une manifestation annulée en 2017. Reste à savoir si la subvention attendue sera accordée et, pour le montant espéré. Sauf en province, le nombre d’adhérents est toujours en baisse. Le nombre de jeunes est en augmentation à Paris. Peut être le plus dur est-il enfin passé ?
La messe oecuménique est toujours un grand moment avec des accolades et des embrassades chaleureuses et sincères. On a même vu des membres du personnel du lieu qui nous hébergeait glisser une tête avec surprise.
Le forum rassemblant les différentes activités et actions de chacun des groupes n’a pas attiré grand monde. A part la Bretagne et nous, je n’ai pas vu grand-chose d’autres. Les bretons avec la présentation de nos réflexions sur la PMA , GPA et autres façon de faire famille occupaient en force les lieux. En plus, sur leur stand, ils offraient gâteaux, cidre et bière bretonne ! Dur pour nous de rivaliser parmi les stands présents et de parler de notre voyage d’octobre prochain vers Saint Jacques de Compostelle en octobre. Donc, nous avons vu peu de monde. Dispositif à revoir
Forte participation et beaucoup d’amusement à la soirée dansante du samedi soir. Moi, j’étais derrière le bar pour vous servir et j’y ai pris beaucoup de plaisir.
Belle soirée cabaret le dimanche soir. Que de numéros ! Que d’imagination ! ,Quel beau succès aussi. Une soirée qui s’est aussi terminée en danses et musiques.
Plus généralement, le lieu de ces Jars 2017, dans la Drôme des collines était splendide. Cela me donne envie de revenir pour découvrir cette région. Par contre, les logements (« lodges »), étaient plutôt étroits et mal aménagés. Mais, malgré tout, une douche et un WC pour 6, ce sera toujours du grand luxe comparé aux squats nantais ou s’entassent les migrants J’ai apprécié une nourriture bonne et copieuse
Pour l’année 2018, j’attends avec impatience de connaître les dates de la semaine organisée à Taizé par David et Jonathan. Les Jars auront lieu près de Poitiers. Chouette, nous n’aurons pas à jongler avec les horaires de train. Ce sera l’occasion à nombre d’entre nous de faire honneur à ces prochaines rencontres de Pentecôte.
Vivement 2018 et les nouvelles Jars !

Annette