Impressions de voyage à St Jacques de Compostelle à plusieurs voix

« Marcher c’est communiquer »  ¹

Un aperçu à plusieurs voix d’un voyage à St Jacques de Compostelle vécu par 14 déjistes, 16 non-déjistes et 8 de nos ami-e-s hétérosexuel-le-s mis en forme par Yves.

Ce fut un voyage réussi. La formule était parfaitement équilibrée. Elle a permis de faire le « Chemin » en partie en autocar, en partie à pied, chacun selon ses forces, jusqu’à Compostelle. Sans cela,  cet objectif rêvé depuis longtemps aurait été inaccessible. Personnellement je n’aurais pas eu la force physique de tout faire à pied.
Nous avons pu cheminer au milieu des paysages les plus beaux, les plus variés et les plus représentatifs choisis à bon escient par Bernard H.  grâce à sa grande expérience…. La grande plaine sans arbres de la Castille, sous un ciel bleu, nous a réellement marqués. C’était un endroit tout à fait propice à une marche silencieuse, qui nous ramène un peu aux bases fondamentales de ce qu’est notre vie… « Le chemin est au moins aussi important que la destination ». Ça on le savait, mais il fallait encore en faire l’expérience.
Les nuits en auberges étaient conformes à l’esprit du pèlerinage mais très fatigantes. Heureusement les nuits dans les hôtels ont permis de mieux récupérer.
Enfin, l’esprit du Pèlerinage a été respecté grâce aux lectures quotidiennes du  Père Jacques.
Le groupe a pu ainsi se découvrir et échanger pendant 10 jours en dépit de toutes nos différences et des motivations diverses de chacun….  « Au bout de 2 ou 3 jours, écrit un couple de parents, on ne pensait plus qu’on côtoyait des homosexuels ».
J’ai beaucoup apprécié la mixité, non seulement femmes et hommes, couples de longue date et célibataires, homo et hétéro, parents de gay, croyants et curieux de spiritualité, et bien d’autres différences encore… Ce fut un voyage vécu dans la joie et la bonne humeur, des  partages et des rencontres comme on les aime à DJ.
Pour finir en beauté nous avons participé à une messe dans la chapelle de Roncevaux, pour nous tous seuls, rassemblés autour de Jacques. « Pierre et moi ne sommes pas des férus du catholicisme, écrit Bernard P., mais avons apprécié la messe prodiguée par Jacques. Nous nous sommes sentis en communion »… Nous n’y vîmes pas le trésor, dit un autre, mais le vrai trésor était peut-être dans le car.
Enfin, j’ai apprécié le professionnalisme de Bernard H. et de Patrice notre conducteur (ce qui n’est pas si fréquent) ainsi que leur forte participation à notre projet commun.
Je remercie Bernard H., Yves et Annette pour leur audace et leur ténacité dans ce projet et François Maréchal pour son accompagnement et sa rigueur dans l’administration financière.
Je suis plus interrogatif sur le sens du pèlerinage (promesse faite, péché à se faire pardonner, efforts et pénibilité pour se dépasser et rejoindre son « Sauveur »…), mais c’est aussi la production d’une culture, d’une époque, d’une spiritualité et sans doute aujourd’hui encore une modalité qui a du sens.

Yves

Merci à Jean-Alain, Bernadette et Elie, Monique, Bernard P, Yves et André L. pour leurs contributions.

 ¹ Citation du pape François, rapportée par Jacques.