Rencontre estivale à Nantes avec des déjistes participants au chemin de St Jacques à l’automne 2017 (par B. )

Monique & Gisèle, deux participantes au voyage de l’an dernier « sur les chemins de St Jacques de Compostelle ». Arrivée en pleine canicule, elles ont été hébergées chez Annette qui les a sorties, aux heures moins chaudes de la fin d’après-midi, dans les marais des bords de Loire, du côté de Cordemais, où oiseaux riment avec roseaux.
Troquant la quiétude campagnarde de St Etienne de Montluc pour la mégalopolis nantaise, les voilà chez Bernard, en bord de Sèvre. Fidèle à ses engagements (professionnels), il sortira ces dames, accompagnées de l’ami Yves, dans les friches industrielles du Pré au Duc, où retentissaient encore ce matin-là, les barrissements de l’éléphant des Ateliers de l’Île. Colline Ste Anne, Acadiens en Ligérie, Mémorial du Commerce Triangulaire, Cigale, souvenirs de Cambronne à Waterloo, Pommeraye et son passage, Tombeau de François II et Château natal de la Duchesse Anne, furent des thèmes développés avant l’inévitable crêpe et les retrouvailles à treize – chiffre porte-bonheur – pour une Cène conviviale, à laquelle participaient trois phocéens égarés chez nous et un nouveau déjiste potentiel bien sympathique, Jérôme, en plus des quelques membres de l’association et autres participants au voyage de Santiago-2017 qui n’avaient pas ou pu déserter la capitale de l’ouest en cette période estivale torride.
Belle rencontre appréciée de tous, partages amicaux et prises de paroles des uns et des autres agrémenteront cette soirée épicée un instant d’un coup de sang volcanique de notre ami Jacques répondant à Steve -malheureusement absent ce soir- et qui avait, deux jours auparavant, dans un courriel collectif, dit sa honte d’être Français et critiqué, en plus de « l’attitude intransigeante et raciste du gouvernement, notre propre passivité et indifférence devant la tragédie des migrants qui envahissent Nantes en ce moment. (…) » Mais c’est le « Je suis plutôt très surpris de n’avoir vu personne parmi vous encore présent pour aider à assurer l’accueil de la place Daviais, vous qui vous dites chrétiens et catholiques» qui déclencha l’ire de notre Père Jacques, excédé de cette sempiternelle attitude de culpabilisation des chrétiens, accusation jetée gratuitement et de façon injuste car « qui peut prétendre savoir ce que chacun, individuellement, peut apporter à son prochain dans le besoin, sans que cela ne prenne obligatoirement la forme de soutien aux migrants, une parmi tant d’autres, selon Jacques, des tragédies humaines de notre époque. Les Catholiques sont suffisamment chargés de culpabilité par les non pratiquants sans qu’on en rajoute couche supplémentaire. Chacun a sa propre conscience pour savoir comment, à sa façon, aider autrui si il en a le souhait, et personne le privilège de pouvoir le juger ! *»
Une douce tiédeur, teintée même d’un zest de fraicheur nocturne réparatrice, remplaçait alors les excès climatiques des jours précédents et la soirée se termina dans la joyeuse humeur, les rires et autres « pimenteries » cinglantes de notre amie Annette sans qui, une rencontre déjiste nantaise ne pourrait pas être véritablement réussie !

B

* : texte retranscrit de mémoire