Un stand pour faire tomber les murs (Camille)

De bonne heure déjà, place de Bretagne, les bonnes volontés faisaient fleurir les stands du village associatif de la Pride nantaise, ce samedi 1er juin… Le soleil était de la partie. Il ne nous abandonnerait pas de la journée !
Et quelle journée ! Notre groupe se retrouve à l’ombre salutaire de ce stand coloré ; guirlandes arc-en-ciel et nappes assorties, le tout confectionné et installé par nos soins. Les tables sont parsemées de témoignages sur « l’homophobie ordinaire », textes empruntés à nos amis rennais et qui ne manquent pas d’interpeller les passant-e-s. Alors, la conversation peut s’engager.
Un peu plus loin sur fond bleu ciel s’affichent nos valeurs, l’esprit de D & J. Des flyers locaux sont allégrement distribués pour que le contact pris aujourd’hui puisse avoir un lendemain, si nos interlocuteurs/interlocutrices le souhaitent… La juxtaposition des termes mouvement LGBT et chrétien sur nos documents interroge, fait réagir, et nous sommes plusieurs, anciens ou jeunes DJistes, à défendre l’idée d’une possibilité encore loin de couler de source… Une église plus ouverte, une foi ou une spiritualité parfaitement compatible avec son orientation sexuelle, son identité de genre, quelles qu’elles soient. Le message passe et en tout cas, il est communiqué… C’est touchant et enthousiasmant d’entendre chacun-e exprimer avec ses mots et sa sensibilité-propres nos valeurs communes…
Lorsque ce sont des jeunes en questionnement ou rejeté-e-s par leur communauté qui s’approchent, la parole est d’autant plus utile. Tout l’intérêt de notre présence est ici : aujourd’hui, nous venons à la rencontre de celles et ceux qui n’oseraient peut-être pas, un autre jour, venir à nous. Quelques phrases échangées, un sourire, l’invitation lancée à s’ouvrir à des discours positifs sur l’homosexualité et la religion. C’est une porte qui s’ouvre… De mon côté du stand, je prends conscience une fois de plus de ce que doivent traverser certain-e-s pour se réconcilier avec toutes leurs aspirations. Combien une famille, un milieu, une instance oppressante peut nous entraver ! A l’ère d’internet et de l’hyper-communication, il est des âmes qui doivent encore faire tomber des murs (voir l’affiche officielle de la Pride) pour oser s’épanouir…
La journée, estivale jusqu’au bout, voit se relayer les accueillants derrière le stand D&J, permettant à tous de se restaurer, de participer à la marche ou de vaquer à d’autres occupations. C’est une occasion comme on les aime de nous retrouver, notamment avec les DJistes plus éloignés de Nantes et qui ont répondu présents.
Finalement, le soleil brille toujours lorsque nous replions nos crépons multicolores, bien décidés à les ressortir à la première occasion !
Une journée qui témoigne (si besoin était) d’un bel esprit collaboratif et de la joie que nous avons à partager et à défendre nos valeurs ! Pour que tout le monde puisse vivre selon ce qu’il est, suivant ce qu’il aime… Et en être fier !

Camille