Tous les articles par webmaster.nantes

Rencontre sur le thème de l’homophobie (Alexandre)

 L’homophobie au travail et dans notre environnement immédiat. Qu’en disons-nous ?
Rencontre avec l’Autre Cercle.

L’homophobie et la transphobie sont deux attitudes négatives et blessantes auxquelles beaucoup de LGBT+ ont été confrontés durant leur vie. L’homophobie a été tellement débattue et travaillée que l’on on se posait la question suivante « pourquoi parle-t-on du sujet de l’homophobie au sein de notre association alors que beaucoup d’associations existent et travaillent sur ce sujet et qu’en parallèle on trouve que l’homophobie persiste, est-ce que cela vaut vraiment la peine ? ».
Je trouve que ce sujet reste important à travailler quelles que soient les avancées sociétales acquises et les lois mises en place. L’homophobie et la transphobie restent malheureusement assez présentes et c’est une souffrance presque quotidienne supportée par beaucoup d’entre nous. J’ai décidé en tant qu’organisateur de cette rencontre d’éviter le sujet uniquement du côté victimaire (notre parole entre nous) mais au contraire de pouvoir inviter des personnes qui travaillent dans des associations et qui mènent un travail de fond sur le terrain pour faire avancer les choses. J’ai invité deux personnes de l’association « l’Autre Cercle » qui travaille avec les entreprises pour sensibiliser et faire évoluer l’acceptation des LGBT dans le monde professionnel.
Notre rencontre s’est déroulée en deux temps. A 14 h 9 membres de DJ Nantes se sont retrouvés chez Yves pour partager entre eux des expériences d’homophobie. Ensuite à 16 h, Jean-Luc, le président de l’Autre Cercle – Pays de la Loire et Stéphanie (membre de l’Autre Cercle) nous ont rejoints.
Dans mon pays d’origine, dit l’un de nous, mes collègues n’hésitaient pas à balancer des réflexions homophobes (non adressées à moi, personnellement) dès que le sujet de l’homosexualité se présentait. Une adhérente a été confrontée récemment à des paroles homophobes et lesbophobes de la part des ouvriers qui travaillaient autour de son domicile. Un adhérent trans parle de sa difficulté de rester dans le contrôle et de ne pas pouvoir évoquer sa vie privée après des vacances et des weekends comme les hétéros le font au travail. Notre retraité de l’enseignement n’a jamais été confronté au travail à des comportements homophobes. Pourtant, il était hanté par l’idée qu’un jour il trouve des insultes homophobes écrites sur le tableau de la part d’un élève. Un autre ne parle pas de sa vie privée au travail pour éviter une potentielle homophobie. Notre trésorière pense que ne pas en parler au travail se justifie et que certains LGBT trouvent qu’ils pourraient mieux contrôler leur image au travail en restant discret aux yeux de leurs collègues alors que le dévoilement pourrait changer cette image et la rendre hors contrôle. Notre ami d’origine britannique n’a jamais été confronté à l’homophobie au travail par contre, il connaît des enseignants qui ont été confrontés à l’homophobie de la part de leurs élèves et c’était très difficile pour eux.
Un membre de la collégiale pense qu’on lâche le contrôle au boulot dès que l’on se dévoile à des collègues et que cela se passe bien. Une amie raconte l’histoire d’un couple de femmes qui ont été « outées » par leur collègue ou chef (apparemment homophobe) et c’était très choquant, car cela affectait leur enfant qui avait été conçu à une époque où la loi n’était pas favorable à la PMA pour couple de femmes.
Après une courte présentation de notre association, le président de l’autre cercle Pays de la Loire a pris la parole pendant la majeure partie du temps restant. Stéphanie est intervenue pour ajouter ponctuellement quelques clarifications. Ainsi, ils nous ont parlé des interventions de leurs associations dans les entreprises et structures qui visent à améliorer les conditions et l’accueil de personnes LGBT au sein de l’entreprise. Plusieurs groupes ont signé leur charte d’engagement (exemple : BNP, Paribas, Total, Axa, etc.) qui les engage à mettre en place des interventions de formations de l’Autre Cercle. Les personnes LGBT de ces entreprises auront plus facilement recours à de l’aide en cas de discrimination, de remarques LGBTphobes ou de situations problématiques parce qu’ils sont LGBT
Jean-Luc a donné l’exemple d’une entreprise qui voulait envoyer en mission son employé dans un pays où l’homosexualité est passible de peine de mort, la personne a rappelé à la direction que l’entreprise s’était engagée dans une charte de protection des LGBT. Il n’y a jamais eu de sanctions envers lui pour le refus de cette mission.
Un autre point très important qui a été clarifié est le bien-être des employés au travail. Les raisons qui poussent certaines entreprises à évoluer sur ces sujets, c’est de pouvoir améliorer l’attitude des employés et ainsi augmenter la productivité (plus de travail, moins d’arrêts-maladies, plus de visages souriants et apaisés, etc.).
J’ai demandé si J-Luc avait été confronté, en tant que responsable de l’Autre Cercle, à des réactions hostiles de la part des employeurs ou des employés ? La réponse fut négative. La majorité des interventions se passe avec des groupes qui ont envie de travailler avec l’Autre Cercle et les employés qui sont potentiellement homophobes ne vont pas se manifester parce que la loi les condamne clairement et il faut le rappeler, l’homophobie en France est un délit et non une opinion.
Une autre question posée par une adhérente est : quel conseil donnez-vous aux personnes, qui voudrait dévoiler ou non leur homosexualité ou transidentité ? Jean-Luc conseille d’avoir des alliées dans son milieu du travail, des personnes qui peuvent le soutenir avant de dévoiler à tout le monde sa réalité. Dans le cas où certains auraient des réactions négatives il y aura les alliées pour le ou la soutenir et amortir les réactions négatives.
À la fin de la rencontre, Jean-Luc nous a parlé d’une vidéo sous le nom : « La Diversité enrichit » faite par l’Autre Cercle et que l’on peut trouver sur le site de l’association. Je vous conseille fortement de la regarder en cliquant sur le lien suivant ou le copiant dans votre navigateur : https://vimeo.com/119328334
J’espère que cet article vous as fait découvrir ce qu’il est possible de faire pour combattre ce fléau.

Alexandre

Site internet de l’Autre cercle : https://www.autrecercle.org

Rencontre sur le thème de la solitude (Sophie, Isabelle, Bernard)

Après une grippe passée au fond de mon lit en début d’année où je m’étais trouvée bien seule, le sujet avait été évoqué. Cela a fait écho à plusieurs d’entre vous, et c’est ainsi que cette rencontre a eu lieu.
Seize, nous étions 16 en ce dimanche après-midi de novembre pour évoquer le sujet de la solitude… Solitude vécue par le passé, solitude vécue et actuelle, chacun(e) à pu s’exprimer sur le sujet en toute confiance et bienveillance.
Dans chaque témoignage d’expression de la solitude, il y a toujours son « oui mais » positif et ses réponses. Voici un florilège de phrases anonymes prouvant la profondeur, les transformations possibles et la force de trouver des ressources durables.

« Je me sens seule depuis toujours, oui mais je me retrouve vite. Je lis énormément et j’admire la vie, je me surprends moi-même à être heureuse. »
« J’ai construit mes barrières, sauf avec les enfants avec qui c’est plus facile de communiquer »
« La solitude fait partie de moi. C’est seul(e) que je dois choisir. Il faut l’embrasser et ne pas la fuir, l’apprivoiser. Sinon, elle ne passera pas et je ne vais pas avancer »
« C’est une vieille amie. Aujourd’hui, je suis apaisé, même si des années durant j’ai été excessif en fréquentation d’associations »
« La solitude je l’apprivoise, je la rencontre et plus je la rencontre, plus je suis en phase avec l’univers. »
« On n’a plus de manque quand on se retrouve soi-même »
« La solitude permet de comprendre des choses. Avant je croyais que tant qu’on n’est pas deux, on n’est pas accompli. Mais la solitude permet la prière, la méditation. Le bénéfice de la solitude est qu’on n’est pas obligé de partager. Aujourd’hui, je suis avec moi. »
« La solitude est une condition incontournable et normale, celle de chacun face à sa propre voix et sa propre route »
« La solitude, c’est à l’intérieur. Si je suis connectée à moi-même, à mon être profond, le manque disparaît. »
« La solitude, toute ma vie, je l’ai compensée. Je l’ai fuit, transcendée, sublimée, je l’ai dispersée dans l’abondance des rencontres. Ce n’est qu’en me rencontrant moi-même que je fus comblée et que le manque existentiel a disparu. Aujourd’hui, je la recherche pour continuer cette quête vers moi-même et je suis plus proche des autres qu’avant. »
« La foi m’a aidée, la méditation m’a aidée, DJ m’a aidé »
« Je sais me connecter à moi. Je suis avec moi, ainsi je ne suis jamais seule. Il y a des gens qui ne sont pas avec eux-mêmes, qui ne savent pas se connecter à eux et qui ne savent même pas qu’ils ne sont pas avec eux. »
« Pour créer des liens et les garder, il faut être partant, il faut y mettre le prix et au bon moment »
« On a besoin d’être seul pour exister »
« L’expérience spirituelle m’a fait rencontrer un «tu » et un « je » que ne met pas de voile sur ma vie »
« L’amour des autres est bonheur. Mais si je ne m’aime pas moi-même, j’utilise l’autre comme cache malheur. »

La solitude, toutes et tous, l’éprouve ou l’ont éprouvée. Est-ce à cause de notre spécificité LGBT qui pour tous et souvent très jeune nous pousse à nous interroger sur nous-même.
En chacun et chacune, on sentait une réflexion profonde et des solutions trouvées grâce à l’acharnement à comprendre et transformer les choses. C’est cela DJ, une grande capacité de réflexion et d’optimisme pour rebondir.

Sophie et Isabelle

Une grippe, c’est banal, somme toute. Mais elle peut vous plonger de la façon la plus pénible qui soit au cœur d’un mot, un mot malheureusement commun à nos sensibilités si particulières. Merci à Isabelle pour nous avoir poussé du haut du plongeoir.
La solitude, entre le dire ou l’occulter, nous avions bien conscience qu’elle nous faisait à tous escorte et nous suivait pas à pas, lorsque nous nous nous sommes retrouvés à une petite vingtaine, dans une salle de la Manu prêtée par la Mairie. Après quelques hésitations, les plus courageux lui ouvrirent la porte et son visage surgit, mine aux désespoirs multiples suivant les témoignages de chacun. Si certains eurent le coeur aux larmes, tous decrirent à leur manière les petits matins blèmes et l’hiver en plein coeur de l’été.


Alors, comment la dompter, comment la dérouler de nos hanches et ne plus jamais vivre ses nuits blanches alors qu’elle était déjà nôtre aux premiers âges et qu’elle accompagnera nos derniers souffles ? Qu’elle peut aussi nous tenir compagnie, l’impudente, au sein même d’un couple épanoui ! Certains témoignages furent, comme souvent chez nous, d’une rare profondeur. Entre ceux qui la comblaient en se tournant vers l’enfance – le monde adulte étant trop pesant – ou vers un chanceux amour croisé, malheureusement parfois fugace, ou d’autres encore dans un investissement associatif, dans un combat mené contre la maladie, en la piègeant à son propre piège par le temps donné à ceux-là mêmes qui en souffrent, tous eurent l’idée d’une arme pour la combattre : tout simplement ne pas la voir, cette gueuse, comme une menace agressive mais trouver l’intelligence et la force de la dominer, de l’apprivoiser, de l’ignorer. Ces échanges furent pour certains comme une prise de conscience salvatrice et encourageante.
Après un début un zest hésitant et avec les minutes qui s’égrainaient, je ressentis comme une respiration salvatrice, une tendresse naissante entre nous tous, et qui libérait la parole, d’abord baillonnée pour certains. Comme un espoir aussi : celui d’une compréhension fraternelle que nos propres souffrances peuvent être amoindries suivant le regard que nous leur portons. La certitude que David & Jonathan peut combler les plus grands manques, étouffer les désespoirs et réparer les gueules cassées. Il suffit de se parler, d’aller vers l’autre, de se connaitre dans nos differences et de contribuer à combler nos vides, ne jamais se laisser gagner par le goût du malheur ou la gueule du désespoir. Avec la simplicité de dire qu’on se sent mal ou seul et que l’on quête une main tendue. Alors, faisons-le sans plus attendre, tout simplement !
Pas de doutes, cet après midi-là était tout sauf….un après midi de solitude !

B.
avec l’amicale complicité de Barbara (« La Solitude » 1965)

PS 1 : mes compagnes ne m’en voudront pas, j’en suis sûr, d’avoir mis ces phrases au masculin. Mon admiration et ma tendresse pour la gente féminine ne peuvent être mises en doute, quand bien même userais-je du masculin pour englober nos genres. Moi, jadis piètre écolier et si mauvais en ortographe, avais appris à l’école que le masculin (orthographique) l’emportait sur le féminin. Le bien mal défini « sexe faible » a-t-il besoin d’autres subterfuges pour prouver qu’il est largement notre égal ? Largement, et plus encore !!! je l’affirme !

PS 2 : …. et merci aux attentions sucrées de Nadine, Camille, les zélènes et les autres qui, à la mi-temps d’un match presque gagné, nous ont fait comprendre que ce type de récomfort est une excellente introduction à toute thérapie ! 🙂