Archives de catégorie : RENCONTRES LOCALES

Nos premiers pas à DJ Nantes

    Lorsque Maryam et moi nous nous sommes mises ensembles, nous ne pensions pas nous retrouver si isolées. Personne à qui confier nos interrogations sur la relation de couple homosexuel ainsi que bien d’autres questions…
   Nous avons alors trouvé sur notre route un jésuite qui nous a guidé pendant un certain temps et qui, un beau jour, via une autre personne, nous a donné les coordonnées de Marie-Hélène et Hélène. Quelques jours après, nous étions conviées à un déjeuner de femmes du groupe DJ Nantes. Avec un accueil chaleureux et quelques paroles simples, nous avons pu enfin parler de nous, de ce que nous vivions chacune. Lorsque nous les avons quittées, nous étions heureuses, libérées. Nous nous sommes dit : « Enfin, nous ne nous sommes plus seules ! »
   Lors des réunions suivantes du groupe, nous avons pu partager sur notre foi, faire connaissance des garçons, vivre des moments de réflexions forts et parler de la place des chrétiens dans l’Eglise ; celle qui nous avait chassées.
   Que de bonheur partagé !
   Depuis, nous avons tissé des liens forts avec certaines et, pour rien au monde, nous ne raterions une rencontre DJ. Nous nous y sentons bien, le partage nous semble vraiment important et nous sort de notre isolement.
   Merci à tous pour les bons moments passés avec vous.

Maryam et Françoise

Après-midi rigologie à DJ Nantes

Les lunettes de soleil sont de sortie
Chapeaux et parasols aussi.
En ce beau samedi du mois d’avril,
Qui a dit : « ne te découvre pas d’un fil ? ».
Chacun a eu bien raison,
De quitter son gros blouson.
Les jeux s’étalent et s’expliquent,
Chacun donne sa petite réplique.
Est choisit un jeu de « mains »
Qui a dit : « jeu de mains jeu de vilains ?.
Les mains s’agitent
Il faut aller vite.Les doigts s’entrecroisent
Vas y Françoise !!
Pause goûter bien mérité après avoir bien rigolé,
Brioche et confiture seront bien appréciées !!
Ensuite le Pictionary s’est établit,
Et tout le monde a bien ri.
Entre loupe, bedaine, tamponner, bas et Charlot qu’il fallait dessiner,
Les cris et les rires ont fusé dans tout le quartier !!
Difficile pour la table d’à coté de se concentrer
Le Scrabble nous faisant tous bien cogiter …
Le soir arrive vite sur St Herblain,
Et il est temps de de rassasier pour chacun.
Une bonne pizza, une bonne crêpe et de bonnes pâtes,
Glaces, nougat et mousse au chocolat.
Et pour terminer cette bonne demi-journée,
Nous allons tous visionner un joyeux DVD
Où Muriel Robin
Tagada tsouin tsouin
Nous aura fait rire jusqu’au matin !!!
Une très bonne journée,
A RECOMMENCER !!!!

Françoise

Impressions de Marche des Fiertés nantaises

   Marche des Fiertés millésime 2014

Après deux années mobilisées par la bataille pour le mariage homo, la marche millésime 2014 a pu sembler un peu fade…
Gay Pride ParadeUne sorte de marche interlude…entre deux Marches. Pourtant ses mots d’ordre étaient de premier ordre : la PMA autorisée pour tous les couples en France, des droits pour les transgenres. Certains auraient ils osé penser :  « maintenant que notre droit au mariage homo est acquis, pourquoi donc se battre pour les droits d’autres personnes LGBT un peu plus minoritaires que sont les lesbiennes et les transgenres ? «  D’où une marche d’apparence tiède malgré le soleil. Ce d’autant qu’un pouvoir, malmené et facilement impressionnable par des serre-têtes et mocassins roses et bleus prompts et malheureusement efficaces à déployer leurs foules nauséabondes, lgbtophobes, éructantes et souvent intégristes, ne s’engagera sans doute plus pour d’autres lois pro LGBT…
Cette année la marche aura donc surtout eu un accent de dance floor urbain ensoleillé, parsemée de revendications lointaines…
Le village associatif avait pourtant de beaux atours avec ses associations festives, militantes, ses syndicats et Pierre en attaché de presse efficace de David et Jonathan au pied d’une Tour de Bretagne dressée tel un totem LGBT improvisé…
Guidé par une troupe de motards vrombissant, le défilé s’est donc ébranlé sur le macadam nantais. A votre droite, des commerçants souriants sur le pas de leurs boutiques attirés par nos décibels. A votre gauche, des visages coincés affectés de nous voir ainsi oser battre en nombre le pavé au grand jour…
Une guirlande de CRS faisant écran, nous apercevrons aux côtés de l’église St Nicolas une poignée d’irréductibles croisés gaulois masqués, extrêmes droitistes, prêts à défendre leur paroisse. Contre qui ?… Mon pauvre saint Nicolas, ce ne sont pas là des cadeaux spirituels !… Peut être aurions nous dû leur filer une poignée de flyers déjistiques par soucis d’éducation spirituelle… Ce fut fort heureusement la seule apparition de fâcheux de l’après-midi et elle n’aura pas réussi à stopper notre périple militant marchant, dansant, marchant, revendiquant, marchant, s’embrassant, marchant, s’enlaçant, marchant, vivants !

Téo

La tentation de la visibilité

   Chaque année, c’est le même scénario, je me demande pourquoi, je m’en veux, je m’engueule…
Rien n’y fait, ça recommence…Quoi recommence ?
La tentation de la visibilité. La sensation de l’impossibilité.

Pourtant, la liberté est là, en marche, s’exprime en slogans, pancartes, gestes amoureux ou amicaux, cernés d’arcs-en-ciel même en plein soleil. Chaque année, je marche un pas sur le bitume, un pas sur le trottoir, un pas fier, un pas honteux, un pas sûr, un pas en danger, un pas en avant, un pas en arrière, un pas dans le visible, un pas dans l’ombre,…
Comment me détacher de cette angoisse de danger réel ou imaginaire ?…
   Et si le jour d’après quelqu’un disait m’avoir vu marchant sur le bitume parmi des arcs-en-ciel. Mon marcher vrai d’un après-midi serait il la source de tant de dangers ? J’en ai le droit. Je n’ai rien fait de mal. Et pourtant, une sorte de paralysie vient s’immiscer dans mes pas ; m’imposant une réserve, une prudence à l’insu de mon plein gré. Marche à droite, marche à gauche, évite le milieu si ce n’est quelques entrechats furtifs pour faire comme si…
Ce serait plus simple, si simple si je pouvais placer mon esprit au-dessus de tout cela pour un après-midi. Juste être moi, fier, militant, debout, l’estime de moi à un niveau plus convenable qu’à l’accoutumée. Et alors, tant pis si mes pas croisent un terrien mal intentionné, l’esprit sclérosé, avide d’aller colporter ma Différence au vent de la rumeur…
Si tout pouvait être aussi simple que cela ?
   L’an prochain peut-être…

 

Téo

Mes premiers pas à DJ Nantes

   Dès le début, j’ai été très touché par l’accueil, quand plusieurs personnes du groupe sont venues à ma rencontre dans un bar du centre-ville de Nantes. Ce premier contact chaleureux m’a encouragé, par la suite, à assister au maximum de réunions, afin d’encore mieux comprendre les buts de David et Jonathan, et d’apprendre à connaître aussi d’autres membres.
Le style des soirées SPI me plait en particulier. La diversité des différents thèmes abordés est très enrichissante et le fait de clôturer par un repas, soit chez quelqu’un, soit dans un restaurant, permet d’approfondir la relation entre nous.
Aussi, j’apprécie beaucoup, notamment l’hiver, pouvoir rester la nuit sur place – encore une autre manière d’apprendre à mieux se connaître.
En conclusion, j’ai l’intention désormais de continuer à faire l’effort de participer au mieux aux activités proposées par ce groupe où chacun a sa place… J’espère que ce mot a du sens pour les lecteurs…

Steve