Archives de catégorie : JAR Journées Annuelles de Rencontres

Un jardin zen parsemé de chaises rouges…

   Ce we, c’est décidé, cap sur la Fête dans les Hauts de France. Pourtant la fête, flonflons et dance-floor, au quotidien, je ne suis pas trop pro fête ni d’ailleurs très prophète spirituellement pensant… Mais, un peu de lâcher prise, un zest de trans-gression, l’espace d’un we me fera le plus grand bien. Comme un moment suspendu dans le temps et l’espace à l’image des autres we jar-diniers. Et quel espace que cette grande maison diocésaine : un cloître entourant un p’tit jardin zen parsemé de chaises rouges en guise de coquelicots, une chapelle à l’autel arc-en-ciel-isé…
  Etre là, juste ensembles, vivants, libres,… « Libérés, délivrés… » nous chantera même, le soir venu, la Reine des neiges qui nous attendait sur la piste de danse.
Etre là, vivre l’instant présent en pleine conscience à l’image de ces sages pensées clermontoises…
Certes, j’ai zappé l’Eurovision mais le remplacer par une salsa du démon version techno sous les sunlights et, si plus est, avec la bénédiction de l’évêché local… Qui osera encore affirmer que D&J ne serait être qu’un repère de béni-oui-oui ? ! Non non ! Et toute fête se doit bien être subversive ? N’est-ce pas monsieur le sociologue de la table ronde…
Que tournent, virent et virevoltent les parapluies géants des carnavaleux de Dunkerque sous les éclats des boules à facettes bercés par les rires et fous rires mêlés de clowns bigarrés zigzagants follement parmi les danseurs…
Mais sans doute pas encore assez de lâcher prise momentanément disponible dans mon cerveau pour aller pousser les portes de l’univers feutré du salon de massage à 2 ou 4 mains…Et sans aucun doute un déficit d’audace chronique pour m’aventurer dans un sexy-dating aux questions osées d’un maître es sex vendéen…
Aller, encore un p’tit tour au salon pour y causer de symbolismes festifs très imprégner de souvenirs cacaotés à souhaits.
Ainsi filera ce we si particulier que sont les jars nos pas parfois un peu désorientés dans ces dédales d’escaliers, nos pas rafraîchis en déambulant dans le grand jardin aux arbres …
Fête que l’an prochain, les Jars drômoises soient aussi en-Chanteresses. Il n’en tiendra qu’à nous…

Téo

Partage d’un moment de célébration oecuménique aux JARS

Remplacer les barrières par la rencontre

   Un des moments les plus forts de ces Jar fût la célébration œcuménique. En effet, pour la première fois aux Jar, les co-célébrants (Emeline et Jacques pour l’édition 2014) nous ont invités pour commencer cette célébration à nous orienter vers les quatre points cardinaux puis le ciel et la terre en invoquant à chaque fois les éléments. A l’est : l’énergie du levant. Au nord : la neige et le froid qui stimulent la vie. Vers l’ouest : la pluie qui irrigue la terre et fait croître la semence. Puis au sud : la chaleur qui fait mûrir. C’est ainsi que nous nous sommes mis en harmonie avec l’univers et les peuples.
Sur la table d’autel, une flamme, une bible et une icône du Christ furent posées sur le rainbow flag. Quel symbole ! Quel symbole d’effacement des barrières, d’abolition des frontières en ce jour de Pentecôte ! Dans sa prédication, Emeline a mis en lumière que toute l’œuvre de Dieu et le message du Christ révélé dans l’Ecriture étaient justement d’ôter ces barrières qui isolent les peuples et les êtres les uns des autres.
Remplacer les barrières par la rencontre. Voilà le message qui retentit avec force au cœur de notre histoire aujourd’hui.
Laudate dominum omnes gente alleluia !

Hélène, Marie-Hélène et Isabelle

Un témoignage des JAR

   Aux Jar, il y a de très beaux moments que chacun(e) vit. De très belles rencontres que chacun(e) fait.
vote homosexuel   L’organisation des JAR demande beaucoup de travail et de réflexion afin que chacun(e) y trouve son compte. Dieu sait qu’on est nombreux et différents….
Un air de joie innocente, d’euphorie flotte autour. Les participants sont souriants, curieux. Ils vont les un(e)s vers les autres pour faire connaissance ou partager un moment agréable avec les anciens ou les nouveaux. Ce sont  2 jours et demie où tout est bonheur, amusement et fête.

Maryam

Un parcours spirituel

   Il m’est très difficile d’employer le terme universel pour quelque chose de désagréable mais je suis sûre que vous êtes d’accord avec moi « le racisme est universel »!
    De part son histoire, de sa religion avant l’islam, le zoroastrisme, l’Iran a subi l’invasion des arabes qui ont imposé la religion musulmane au peuple perse. A cette époque ces arabes musulmans ont imposé la langue arabe aux perses, et ont brûlé quantité de livres écrits en persan. Désolée si je ne peux pas vous donner la date ou le siècle exacts. Depuis que j’ai quitté l’Iran (1984), j’ai malheureusement oublié une grande partie de l’histoire de mon pays d’origine.
La république islamique avec les musulmans radicaux n’a pas arrangé les choses. Tout ce passé lourd et le régime totalitaire, poussent hélas une partie du peuple perse au racisme contre les arabes, malgré leur appartenance à la religion musulmane.
Depuis cette république islamique, beaucoup d’afghans sont venus s’installer en Iran. Il y a eu, beaucoup de cambriolages, viols des femmes commis par certains immigrés afghans. Ce qui a créé et développé du racisme envers le peuple afghan.
Il a fallu que j’arrive en France pour rencontrer des afghans et me lier d’amitié avec ce peuple si riche et en grande souffrance des injustices qu’il subit.
J’ai quitté l’Iran pour des raisons politiques et aussi parce que le régime oblige les femmes à porter le voile.
Je sais très bien que les maghrébins ou les turques ne sont pas arabes. Mais pour nous les iraniens, les maghrébins représentent le monde arabe (erreur), mais bien évidemment ils font partie du monde musulman…
De part mon métier, je rencontre des femmes turques/maghrébines, voilées, qui ne peuvent pas trop communiquer en français avec moi ou mes collègues. Alors par des gestes et des regards je communique avec elles. Je vous promets qu’elles sont très généreuses et à la fin, puisqu’elles ne peuvent pas me communiquer leur gratitude, en français, elles font tomber les barrières humaines en Occident et se penchent vers moi pour m’embrasser. Et moi, avec joie, j’accueille leur embrassade…
Il a fallu que j’arrive en France pour me réconcilier avec le monde arabe, le monde musulman et les femmes voilées… (même si je suis contre le voile lorsqu’il est imposé ou choisi sans consentement de la femme).
Aux JAR (Journées Annuelles de Rencontres) 2015 les ateliers très riches et intéressants, une nouvelle fois nous ont permis d’apprendre/découvrir de nouvelles choses et de rencontrer de nouvelles personnes.
Parmi les ateliers proposés aux JAR 2015 auxquelles j’ai participé à Merville en cette, je souhaite parler de l’atelier interreligieux avec des associations LGBT chrétienne (D&J), juive (Betaverim) et musulmane (H2M). C’est épatant le travail que font ces 3 associations ensembles pour les personnes LGBT. C’est aussi un travail considérable dans l’écoute, le soutien de chaque personne lgbt et croyante.
Le déracinement n’est pas facile à vivre et fait souffrir. Mais, avec du recul, je regarde tout ce cheminement et je constate la richesse de ces rencontres interculturelles, interreligieuses.
Vive la spiritualité plurielle !!!

Maryam